Août 04 2008

[sécurité] le « petit chimiste » suite …

Publié par le 10:09 dans sécurité

Il y a déjà quelques temps j’avais écrit un billet sur un site reprenant des extraits de vieilles revues de vulgarisation scientifique des années 50 (du XXe siècle évidemment 😉 ). On pouvait ainsi y lire un article sur le labo du petit chimiste ou comment s’équiper pour faire de la chimie à la maison.

En ces temps (heureux ?), protection et sécurité, ne préoccupaient pas vraiment le scientifique (bien que n’étant pas vraiment de cette époque, je me souviens avec un frémissement uniquement rétrospectif – du moins je l’espère – de la manipulation des solvants organiques, benzène et autres, au laboratoire …). A notre époque le balancier est reparti (loin, trop loin ?) et le principe de précaution nous oblige à pratiquer une chimie parfois un peu trop aseptisée (que d’enseignants en viennent à remplacer un labo par un visionnage d’une cassette de « c’est pas sorcier » !)

Il est vrai que le n’importe quoi ne peut jamais remplacer le rien. A ce sujet je vous livre cette illustration reprise sur le site Modern Mechanix cité plus haut. L’article intitulé Fun with Halogens nous explique quelques réactions amusantes à pratiquer sur les halogènes et leurs dérivés (à la maison, bien entendu 😯 ). On y trouve cette photo. Qu’en pensez-vous ? (utilisez les commentaires)

tae-07-08.jpg

PS : Peut-être suis-je trompé par une perspective peu évidente ?

convert this post to pdf.
Tags: , ,

4 nombreuses réponses

4 Responses to “[sécurité] le « petit chimiste » suite …”

  1. Annie T.on 09 Août 2008 at 4:13

    La cravate me parait d’une part dater la photo … et d’autre part un peu déplacée … bref choquante !

  2. Annie T.on 15 Août 2008 at 10:57

    # Annie T.on 15 août 2008 at 10:49 : je ne sais pas ce qui s’est passé … mon commentaire a été envoyé pas fini …

    On redevient sérieux … la photo est une expérience très dangereuse : on chauffe ( avec un bec Mecker il me semble) un tube à essais dirigé vers le visage et on doit respirer, en outre, une bouffée de brome ! Alors entre les années 50-60 et les TP de chimie sans aucune sécurité ( j’ai vu un prof éminent de la Sorbonne pipeter à la bouche du brome pur …sans dommage apparent pour sa sante … il est mort agé ) et maintenant où pour doser doser l’hydrogénocarbonate d’une eau minérale on a besoin de lunettes et gants … on arrivera peut être à trouver un juste milieu !

  3. adminon 15 Août 2008 at 11:29

    gagné …

    « et maintenant où pour doser doser l’hydrogénocarbonate d’une eau minérale on a besoin de lunettes et gants  » 😆

  4. adminon 21 Août 2008 at 6:24

    Aujourd’hui en regardant les stats du blog je constate qu’un visiteur a échoué ici avec les mots clés « preparation de TNT – MODE OPERATOIRE – PDF » …

    Doublement échoué car la recette, elle ne se trouve pas sur le blog.

    S’agit-il d’un petit chimiste qui aime ce qui « pète » ? ou d’un terroriste amateur ? Mystère.

    Il serait utile que ce brave visiteur lise ceci (extrait de Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Explosif)

    Pour des raisons de sécurité des utilisateurs et de lutte contre le terrorisme, la mise en œuvre d’explosifs nécessite de suivre une formation et de respecter la règlementation en vigueur dans le pays [1]’ [2]’ [3].

    Il faut disposer d’autorisations et être titulaire d’un permis ou d’un certificat. Ces diplômes se préparent lors d’une formation par un organisme agréé. Ils sont obtenus après réussite à un examen.

    Il est en général interdit aux utilisateurs de fabriquer des explosifs. Ces derniers doivent se les procurer auprès de fabricants qui ne commercialisent que des produits ayant reçu un agrément technique.[4]’ [5]

    L’utilisateur devra aussi respecter les règles concernant le transport et le stockage des explosifs.

    Par ailleurs, le code pénal français propose une peine de trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende pour diffusion à un public non professionnel de modes de fabrication d’engins explosifs. La peine peut aller jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros, lorsque la diffusion de cette information circule sur un média de type Internet[6].

Trackback URI | Comments RSS

Laissez une réponse